[Entretien avec Adeline Pech] Eco-conception de solutions numériques : du site web à l’ERP, en mieux…

[Entretien avec Adeline Pech] Eco-conception de solutions numériques : du site web à l’ERP, en mieux…

Développer des solutions numériques plus durables qui, simultanément, apportent des avantages à l’entreprise et à l’utilisateur final ? Bienvenue dans l’univers de l’éco-conception numérique dont les vertus sont multiples. Basés sur des données quantitatives mais surtout sur l’analyse du parcours utilisateurs, elle apporte une plus-value à de multiples égards (aussi en termes financiers !). Saviez-vous que les moteurs de recherche privilégient les sites éco-conçus ? Affaire à suivre…

Rencontre avec Adeline Pech, consultante en éco-conception numérique

 

En tant que consultante, vous vous distinguez par l’éco-conception numérique. Qu’est-ce que cela signifie ?

C’est une démarche d'amélioration continue qui permet de concevoir des services numériques pertinents, faciles à utiliser et sobres afin de réduire leur impact environnemental.

Les services numériques et les sites web actuels sont trop lourds : le poids d’une page web a été multiplié par 155 en 25 ans - alors que 45% des fonctionnalités ne sont jamais utilisées ! On parle alors d’obésiciels. En éco-conception, plus on intervient tôt dans le projet, lors de la définition du besoin en considérant tout le cycle de vie du produit, plus l'effet de levier sera important.

Quand on évoque l’empreinte carbone du numérique, on pense avant tout aux datacenters. Dans quelle mesure l’éco-conception peut-elle avoir un impact significatif ?

Le numérique représente 4% des émissions de GES et croît de façon exponentielle. En raison de leur nombre, les équipements des utilisateurs ont davantage d’impact sur l’environnement - rappelons que 62% de la population mondiale est connectée. En 2021 on recensait environ 5 000 datacenters à travers le monde et plus de 34 milliards d’objets connectés qu’il faut considérer sur l’ensemble de leur cycle de vie.

Des chiffres qui encouragent à prolonger la durée de vie des équipements….

Il est primordial de les faire durer alors que l’obsolescence logicielle et psychologique pousse les utilisateurs à remplacer des équipements encore fonctionnels. C’est un des grands enjeux de l’éco-conception numérique : proposer des services qui consomment moins de ressources informatiques et moins d’énergie. À cela s’ajoute une dimension éthique vis-à-vis des utilisateurs qui inscrit l’éco-conception dans une démarche portée par l’Institut du Numérique Responsable Suisse dont je suis membre du comité.

Quels sont les points clés que vous analysez lors d’un audit ?

Premièrement, l’étude quantitative examine la performance et les résultats analytiques de la solution.

Elle est complétée par une étude qualitative qui évalue l’utilisabilité du service et le taux de satisfaction des utilisateurs que je détermine à travers des interviews, des tests, des évaluations heuristiques et en analysant les parcours utilisateurs.

Enfin, l’étude environnementale estimera les impacts de la solution numérique à l’aide d’un outil choisi avec soin. Avec ma méthodologie, tous les plans du service numérique sont explorés ce qui permet de révéler tous ses points d’améliorations et de définir une vraie stratégie numérique responsable.

A l’échelle de l’entreprise, vous visez les mêmes objectifs en optimisant les ERP…

C’est une solution numérique comme une autre : elle peut tout à fait être éco-conçue. Les solutions actuelles des grands éditeurs ne prennent malheureusement pas en compte cette dimension, mais des solutions open source existent et permettent de concevoir des ERP éco-responsables, sur mesure, qui répondent avec précision aux besoins métiers des entreprises tout en respectant leurs valeurs.

Comment quantifier l’impact d’une solution numérique et l’effet induit par l’éco-conception ?

On ne peut comparer que des services comparables, soit avec un parcours utilisateur identique ou un même service. Mais il existe des outils en ligne comme GreenIT Analysis de l’association GreenIT. Il permet d’estimer la performance et l’empreinte environnementale d’une page donnée, d’après sa complexité, son poids, le nombre de sollicitations des serveurs, etc. Il apporte au développeur une référence et des pistes d’amélioration qui ne dispense pas d'une analyse poussée du parcours utilisateur. Je citerais aussi le label NR de l’Institut du Numérique Responsable. Son processus très exigeant garantit la crédibilité de sa démarche durable et de responsabilité sociétale autour du numérique.

Au-delà de la seule performance écologique, l’éco-conception apporte de multiples avantages…

La force de l’éco-conception numérique repose sur des bénéfices multiples : au niveau de l’environnement, au niveau des utilisateurs avec une expérience plus plaisante et bien sûr au niveau des entreprises.

L’éco-conception leur permet d’atteindre plus d’utilisateurs, d’avoir une meilleure visibilité grâce à un référencement optimisé (les moteurs de recherche privilégient les sites éco-conçus), de faire des économies de développement et de maintenance mais aussi d’infrastructure, de valoriser leur image - s’il existe une démarche globale de soutenabilité, sinon gare au greenwashing ! - et de se préparer aux futures réglementations européennes : si elle n'est pas une obligation, des projets de lois et des publications montrent qu'elle pourrait le devenir.

 

www.adelinepech.com

Retrouvez l’intégralité de cet entretien ici

 

Partager :
Auteur de la page

Sébastien Bourqui

Genie.ch

Modérateur

Sébastien Bourqui

Genie.ch