[Entretien - Jérôme Chanton, fonderie genevoise Kugler Bimetal] - « Réduire nos coûts tout en préservant les ressources de notre planète »

Kugler Bimetal est une des dernières fonderies d’Europe et exporte 80% de ses pièces alliant bronze et acier. Grosse consommatrice d’énergie, cette entreprise genevoise vient d’accueillir sur son toit 830 panneaux photovoltaïques et utilise désormais l’électricité qu’elle produit. Un projet réalisé avec la FTI qui s’inscrit dans un cadre plus large d’écologie industrielle. Genie.ch a interviewé Jérôme Chanton, directeur général de cette société employant 70 personnes.

 

Petit retour en arrière : en 2014, Kugler Bimetal, en proie à des difficultés financières, vend son bâtiment à la Fondation pour les terrains industriels (FTI). Avec les capitaux obtenus, l’entreprise achète de nouvelles machines, plus performantes, qui lui permettent un substantiel gain de place. La FTI peut alors louer les surfaces libérées à d’autres entreprises. Cette opération permet une meilleure utilisation de la surface au sol et une rationalisation des infrastructures. Elle constitue aussi le point de départ d’autres projets s’inscrivant dans une démarche d’écologie industrielle, dont ces 1500 mètres carrés de toiture photovoltaïque, inaugurée cet automne.

Quelle réflexion a sous-tendu l’installation de ces 830 panneaux solaires ?

Jérôme Chanton : Notre toiture devait être rénovée et lors de la réflexion menée avant d’entamer les travaux, il a été décidé de coupler cette rénovation avec l’installation de panneaux solaires. Deux considérations sous-tendent en effet généralement nos actions : la recherche d’efficience et la volonté de préserver les ressources de notre planète. Ainsi, toute démarche de réduction de coût est bienvenue pour nous qui produisons en Suisse, et ces panneaux permettent d’alléger un peu notre facture d’électricité. Cette installation s’inscrit par ailleurs dans le cadre de notre Système de Management Environnemental, qui s’est notamment fixé comme objectifs des réductions d’émissions de CO2 et une amélioration de l’efficience énergétique.

Quelle proportion de votre consommation énergétique est-elle ainsi couverte ?

J.C. Environ 10% de notre consommation annuelle, mais dans notre secteur, on ne peut pas uniquement raisonner en termes de moyenne. Il faut aussi considérer la puissance, car en fonction de nos activités, nous avons soudainement besoin d’énormément de puissance. Notre consommation est très cyclique, avec des pics marqués. L’idée avec le solaire est de diminuer notre base de consommation.

Quels points un entrepreneur désirant installer des panneaux photovoltaïques devrait-il considérer ?

J.C. La configuration du bâtiment est primordiale. S’il a une grande surface plate sans bâtiments autour lui faisant de l’ombre, cela a du sens d’en installer.

Avez-vous entrepris d’autres actions permettant de diminuer votre consommation d’énergie ou en envisagez-vous d’autres ?

J.C. Tous les jours, nous travaillons sur la manière de gagner en productivité financière et énergétique. Ainsi, si nous mettons moins de temps pour fabriquer une pièce, nous utilisons moins d’énergie ! Nous allons également changer nos fours. Plus modernes, ils seront également plus efficients en termes d’énergie, permettant un meilleur ajustement de la température et offrant une bien meilleure isolation, ce qui évite les déperditions de chaleur. Enfin, nos efforts portent aussi sur l’amélioration des flux de production, de manière à la rendre plus fluide. Comme on n’éteint pas un four pour 30 minutes, il convient de ne pas laisser vides des fours chauds.

Le modèle économique

La FTI, propriétaire du bâtiment, a pris en charge les coûts d’installation (CHF 350'000) et revend maintenant à Kugler Bimetal l’électricité produite en circuit court. En fonction de l’ensoleillement, ses frais devraient être amortis en 7 à 8 ans, selon les calculs de la société genevoise Eger Energy, qui s’est occupée de l’étude préalable et de l’installation photovoltaïque. A noter que pour optimiser leurs performances, cette dernière a choisi des panneaux fonctionnant de manière indépendante les uns des autres.

Enfin, il convient de rappeler qu’en installant des panneaux photovoltaïques ou plus généralement en investissant dans des équipements améliorant le bilan énergétique de leur bâtiment, les entreprises peuvent solliciter des subventions cantonales.

Entretien et rédaction réalisés par Aline Yazgi pour l'équipe Genie.ch

Photos : M.Jérôme Chanton et Panneaux photovoltaïques sur le toit de la fonderie Kugler Bimetal


Modéré par : Vincent Jay

Autres actualités dans "Témoignages"

[Ailleurs] Comment redonner une place à la nature dans nos villes ?

Publié le 21 sept. 2018 - 15:06

Mercredi 5 septembre dernier, une vingtaine de membres du C3D étaient réunis autour d’Antoine Cadi (Directeur innovation, CDC Biodiversité) et Laurent Piermont (Directeur adjoint de la Stratégie, Caisse des Dépôts) pour parler du suje (...)

Lecture "Biomimétisme et économie circulaire"

Publié le 07 sept. 2018 - 17:32

Le onzième bulletin d’ECLAIRA a pour titre "Amener la nature au centre de l'innovation". Ce bulletin propose de faire le lien entre le biomimétisme et l’économie circulaire. Nous voyons dans cette relation un gisement d’opportunités (...)

Le programme Innokick, où l'innovation et la formation se rencontrent au service des PME

Publié le 20 juin 2018 - 09:02

Contrairement aux idées reçues, l’open innovation n’est pas réservée aux grands groupes. Découvrez un exemple de collaboration réussie entre une PME neuchâteloise et les étudiants du master Innokick. Les résultats obtenus ont largemen (...)


  • Publié le 16 nov. 2018 - 14:01 GMT
    par Rédaction|Genie.ch
    Vue 208 fois
 Photovoltaïque
 Energie
 Efficacité énergétique
 Ecologie industrielle
 Circuits courts
 Soutiens publics
 Subvention




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités