Le 2 août, l'humanité aura épuisé les réserves naturelles planétaires selon une étude

Le 2 août, l'humanité aura épuisé les réserves naturelles planétaires selon une étude

Article rédigé par Dorothée Laperche et publié par actu-environnement le 26 juillet.

Les ressources que la Terre peut produire en une année ont été épuisées, selon Global Footprint Network. Des solutions existent toutefois pour inverser la tendance.

Chaque année, l'épuisement du stock de ressources naturelles que la planète peut produire en douze mois intervient de plus en plus tôt. L'organisation non gouvernementale Global Footprint Network a en effet estimé qu'en 2017 notre consommation "à crédit" commencerait le 2 août. (...)

Cet outil d'alerte a été conçu par Andrew Simms du think tank britannique "New Economics Foundation". Il repose sur le calcul suivant : la division de la biocapacité mondiale (les ressources écologiques que la Terre est capable de générer en un an) par l'empreinte écologique mondiale (la demande annuelle de l'humanité), multipliée ensuite par le nombre de jours dans une année (365).

Dans le palmarès des pays qui creusent leur dette écologique figure en première position l'Australie. Si la population mondiale vivait comme cette dernière, il faudrait 5,2 terres pour assurer l'ensemble de ses besoins. Elle est suivie des Etats-Unis (5 planètes), la Corée du Sud (3,4), la Russie (3,4), l'Allemagne (3,2), la Suisse (3,1), la France et le Royaume-Unis (3). Les plus sobres du classement de l'ONG restent les Indiens avec 0,6 planète. Au final, au niveau mondial, les besoins requièrent l'équivalent de 1,7 planètes.

En cause : la surpêche, la surexploitation des forêts et l'émission de plus de dioxyde de carbone dans l'atmosphère que les forêts ne peuvent séquestrer.

Les solutions existent déjà. Parmi les pistes qui permettraient une importante réduction du CO2 atmosphérique en 2050 figurent : une meilleure gestion des frigorigènes (89,74 tonnes d'équivalent CO2), le développement des éoliennes terrestres (84,6), la réduction du gaspillage alimentaire (70,53), une alimentation riche en plantes (66,11) et une préservation de la forêt tropicale (61,23).

Lire l'article en entier


Modéré par : Rédaction

Autres actualités dans "Informations générales"

La gestion des déchets, c’est bien, l’éco-conception, c’est mieux

Publié le 14 déc. 2017 - 09:56

Le secteur du BTP a appris à « déconstruire » mais ne remet pas suffisamment en cause ses modes constructifs pour adopter de manière générale les démarches d’éco-conception. « Dans les couloirs de Batimat, début novembre, on communiqu (...)

Une nouvelle plateforme suisse de crowdfunding dédiée à la croissance verte

Publié le 12 déc. 2017 - 13:02

Pour Pierre Biraben et Alan Tawil Kummerman, les cofondateurs de GreenCrowdFunder, la nouvelle plateforme suisse de financement participatif « ce qui est motivant dans une aventure entrepreneuriale c’est d’apporter une véritable exper (...)

La Suisse un accélérateur d'innovation durable !

Publié le 11 déc. 2017 - 21:55

B Lab (Suisse) est un organisme à but non lucratif qui sert à un mouvement mondial pour redéfinir la notion de succès dans le monde des affaires afin que toutes les entreprises soient en compétition non seulement pour être les meilleu (...)


  • Publié le 31 juil. 2017 - 17:46 GMT
    par Rédaction|Genie.ch
    Vue 196 fois
 Sensibilisation
 Sobriété
 Eolien




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités