Le bitcoin, désastre écologique en perspective?

Le bitcoin, désastre écologique en perspective?

Article publié par Le Temps le 15 décembre 2017

Pour réaliser une transaction dans la monnaie virtuelle, il faut autant d’énergie qu’un foyer américain en utilise pour vivre pendant une semaine. Et plus le cours du bitcoin augmente, plus les besoins en énergie s’accroissent. Des solutions émergent

Le point commun entre le bitcoin, Oman et le Nigeria? L’écosystème de la cryptomonnaie se situe juste entre la plus grande économie d’Afrique et le sultanat en termes d’énergie consommée pour fonctionner. Soit 0,12% de la consommation électrique mondiale. Dans le détail, les chiffres sont encore plus affolants: une transaction en bitcoins nécessite autant d’énergie qu’un peu plus de huit foyers américains pour vivre pendant une journée.

C’est la plateforme Digiconomist, spécialisée dans la recherche sur les cryptomonnaies, qui fait ces calculs et publie un indice de la consommation d’énergie du bitcoin, qui ne cesse d’augmenter. Il est impossible de connaître exactement le matériel utilisé et son efficience énergétique, mais comme l’explique le créateur de l’indice à Motherboard, une plateforme spécialisée dans la technologie du magazine Vice, on peut obtenir une estimation en calculant la rentabilité de la création d’un bitcoin. Donc, plus le prix est élevé – et il vient de marquer un nouveau record la semaine dernière, se rapprochant de 8000 dollars –, plus ses créateurs sont prêts à utiliser de l’énergie pour en créer. Pour Digiconomist, le but est de montrer que le système actuel sur lequel fonctionne le bitcoin est «insoutenable». D’autant qu’on ignore totalement les sources d’énergie utilisées, qui ne sont pas nécessairement propres.

La raison de cette consommation effrénée pour un outil supposé virtuel? Le cœur même de son fonctionnement: le système du «Proof-of-work» (preuve de travail). Selon ce dernier, des «mineurs» doivent résoudre des problèmes complexes à l’aide de logiciels spécialisés et d’ordinateurs super-puissants (et pas accessibles à tout un chacun) pour valider les transactions et débloquer ainsi des bitcoins – leur paiement pour ce travail de validation –, ce qui prend beaucoup d’énergie de calcul. Comme un site spécialisé l’a résumé: on peut comparer la résolution de ces problèmes à un cadenas dont il faudrait trouver la clé parmi des millions de clés. Or, plus le temps passe, plus les calculs à faire pour débloquer des bitcoins se complexifient, plus les «mineurs» doivent se suréquiper en matériel informatique, plus l’énergie nécessaire augmente.

Lien vers la suite de l'article


Autres actualités dans "Informations générales"

Les émissions suisses de CO2 baissent, en partie grâce aux biocarburants

Publié le 12 juil. 2018 - 13:53

A travers la statistique CO2 de l'année 2017, l'OFEV a annoncé dans un communiqué de presse que les rejets de CO2 sont toujours en baisse, et en partie grâce aux biocarburants.  La statistique CO2 de l'année 2017, après correction (...)

La Suisse est en tête des pays les plus innovants du monde selon l'OMPI

Publié le 12 juil. 2018 - 13:44

L'Organisation Mondiale de la Propriété Individuelle édite depuis 11 ans l'indice mondiale de l'innovation. L'indice 2018 annonce la Suisse en tête de classement pour la huitième année consécutive. Les domaines de l'énergie et des (...)

Fribourg lance un projet de loi pour lutter contre les déchets sauvages

Publié le 09 juil. 2018 - 10:17

Dans sa séance du 3 juillet 2018, le Conseil d'Etat a adopté et transmis au Grand Conseil le projet de loi modifiant la loi du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) qui vise à lutter contre les déchets sauvages. De nouvea (...)


  • Publié le 08 janv. 2018 - 18:45 GMT
    par Rédaction|Genie.ch
    Vue 360 fois
 Energie
 bitcoin
  consommation énergétique




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités