"Smart City": de Denver à Dijon, ces projets pour une ville plus intelligente et écolo

Article rédigé par Melinda Davan-Soulas et paru le 08 février sur le site lci.fr. Image du site readwrite.com. 

Devenir une ville plus intelligente, plus consciente, plus économe et plus responsable. Le rêve de chacun qui prend forme depuis plusieurs années grâce à l’apport des nouvelles technologies. Mais qu’appelle-t-on réellement une smart city ? Quels sont les exemples dans le monde?

La Smart City est une ville qui se (re)construit autour de ses habitants, de leurs usages, en développant un réseau d’information permettant d’optimiser les ressources dans différents domaines (économie, environnement, communauté, équité, etc.). Tout cela repose essentiellement sur une bonne gestion des données numériques afin d'améliorer les installations publiques, les transports en commun, l’énergie et autres points convergents de la ville qui répondent aux besoins des citoyens, mais aussi des institutions et des entreprises. De rendre la ville plus vivante et vivable en somme.

Bien que technologique, la smart city se veut aussi une réponse au changement climatique. Cela peut prendre la forme d'une meilleure gestion de l’immobilier en centre-ville pour éviter l’étalement géographique coûteux en infrastructures et en énergie, la réduction de la production de déchets grâce à des systèmes de recyclage ou récupération souterrains, la production d’énergie solaire sur les bâtiments ou à partir de ces mêmes déchets... 

Des tentatives dans le monde entier

Depuis les années 1980, ce concept anglo-saxon fait des émules à travers le monde. A Singapour, un système de caméras s’intéresse au déplacement des populations. Cela a des effets sur la propreté des espaces publics, la densité de population à certains endroits et même le trafic des véhicules. Cela permet aussi de détecter les personnes fumant en dehors des zones autorisées. A Dubai, 50 services "intelligents" ont été lancés via l’introduction d’une appli qui gère aussi bien les contraventions adressées aux conducteurs pris en flagrant délit par les caméras que les factures d’électricité ou bien les plaintes pour violence à la police. 

Barcelone, on estime que la mutation vers la ville intelligente va permettre des millions de dollars d’économies à l’aide de capteurs qui pourront utiliser les éclairages publics quand il y en a besoin, mieux fluidifier le parking en ville en récoltant les informations sur l’occupation des places. A Paris, un projet mesure les déplacements, la pollution atmosphérique et sonore dans différents endroits de la capitale, mettant le tout sur une plateforme Open Data. Los Angeles a placé des capteurs dans les conteneurs à ordures pour mieux gérer ses collectes. En partenariat avec le français Navya, Las Vegas teste du transport en commun électrique autonome tout comme Chicago ou Lyon.

L'exemple réussi de Denver

En 2016, Denver et le fabricant électronique Panasonic ont annoncé un partenariat afin de transformer une partie de la ville du Colorado en smart city. Cela passait par la transformation de la région autour de l’aéroport en hub technologique, optimisant la consommation d’eau et d’énergie ainsi que les transports et la sécurité. En analysant en temps réel le trafic routier et piéton, le projet CityNow, porté technologiquement par la firme japonaise, rend l’éclairage public intelligent, gère la collecte et le stockage de l’énergie solaire. Denver a centré son projet autour de la mobilité intelligente, mais aussi de la santé digitale à portée de tous avec le déploiement dans des zones résidentielles d’outils de télémédecine et d’identification biométrique. (...)

Dijon, la tentative française

En France, l’agglomération de Dijon (24 communes) a lancé un vaste programme de 53 millions d’euros d’investissements pour connecter son espace public. Les équipements vont être modernisés dès 2018. Un premier pas dans la mutation en smart city. La gestion de l’éclairage, de l’énergie, de la vidéosurveillance et de la voirie sera pilotée depuis un seul et même poste de commandement (contre six actuellement). Dijon espère ainsi réaliser des économies d’échelle conséquentes en termes d’énergie et d’intervention. (...)

Lire l'ensemble de l'article


Modéré par : Rédaction

Autres actualités dans "Informations générales"

Promotion du réemploi de matériaux, découvrez la démarche de l'entreprise Losinger-Marazzi

Publié le 18 févr. 2019 - 12:54

L’entreprise totale du secteur du bâtiment a commencé à s’intéresser au réemploi il y a quelques années et cherche des partenaires, dans tous les domaines, désireux de s’engager dans cette pratique. Dans cet article, le responsable (...)

Mouvement national lancé en faveur d'une économie circulaire en Suisse

Publié le 07 févr. 2019 - 12:12

Lancé mardi à Bâle, le mouvement "Circular Economy Switzerland" veut poser les fondements d'une économie circulaire en Suisse. C'est le début d'une forme de coordination en matière de développement durable.  Représentants politiques (...)

Claudia Grassi nommée Directrice générale de la FTI

Publié le 06 févr. 2019 - 20:41

Le Conseil de fondation de la FTI annonce la nomination de Claudia Grassi en tant que Directrice générale de la Fondation pour les terrains industriels de Genève à compter du 1er mars 2019.  Originaire du Tessin et résidant à Genève (...)


  • Publié le 12 févr. 2018 - 15:21 GMT
    par Rédaction|Genie.ch
    Vue 542 fois
 Smart City
 International




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités