Transformer les déchets en carburant: bonne ou mauvaise idée?

Aujourd'hui, il est possible de fabriquer des carburants de synthèse à partir d'à peu près n'importe quelle matière première, qu'elle soit d'origine fossile ou biogénique. Outre la biomasse (déjà largement convertie en énergie et carburants), nos déchets ménagers, industriels ou les effluents gazeux d'industrie (ciment, acier) peuvent également servir à produire des carburants liquides pour le transport et remplacer les carburants issus du pétrole.

A priori une bonne idée, sauf qu'il est important de s'intéresser aux autres usages possibles de ces déchets et à l'impact qu'une diversion d'un usage vers un autre pourrait avoir à l'échelle systémique. Par exemple, si l'on retire des déchets des incinérateurs, il est probable qu'on observe un déficit dans la production électrique ou de chaleur car bon nombre d'entre eux récupèrent la chaleur de l'incinération pour en produire. Et si ce déficit est compensé par de l'électricité/chaleur d'origine fossile, les bénéfices climatiques des carburants synthétiques issus de déchets peuvent être limités, voire inexistants.

Dans une étude récente la filiale anglaise de l'entreprise lausannoise E4tech évalue les bénéfices en terme de gaz à effet de serre de plusieurs filières de production de carburants issus de déchets, notamment les fractions non-biogéniques des déchets municipaux et industriels, ainsi que les effluents gazeux des aciéries. Le modèle intègre les scénarios alternatifs de fin de vie afin d'avoir une vue d'ensemble des bénéfices et désavantages de chaque filière. Les résultats montrent que si certaines d'entre elles présentent un réel potentiel de réduction des gaz à effet de serre, ce n'est pas le cas pour toutes. Ainsi, on apprend que l'utilisation des déchets à base de caoutchouc synthétique (pneus notamment) pour la production de carburants liquides aboutirait potentiellement à un bilan CO2 moins bon que des carburants fossiles de référence, car ces déchets sont très fréquemment utilisés pour la production de chaleur (notamment dans les cimenteries) et avec un meilleur rendement énergétique. A l'inverse, l'utilisation des effluents gazeux (riches en monoxyde de carbone notamment) pour la production de carburant offre des perspectives intéressantes en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Accès au rapport (gratuit): http://www.e4tech.com/wp-content/uploads/2019/08/Final-report.pdf

Plus de détails sur www.e4tech.com

Modéré par : Webmaster

Autres actualités dans "Publications"

[Ailleurs] Greenflex publie un livre blanc. Economie circulaire : vers une sobriété positive ?

Publié le 02 déc. 2019 - 10:19

GreenFlex, leader français de l’accompagnement des entreprises et des institutions dans leur transition environnementale, sociétale et énergétique, vient de publier un livre blanc consacré à l'économie circulaire. L'ouvrage s’attache (...)

[Lu ailleurs] Densification, verticalisation : les fermes maraîchères

Publié le 18 oct. 2019 - 14:00

Dans sa publication N°141 de juillet 2019, le Centre d'études et de prospective du Ministère français de l'agriculture et de l'alimentation s'intéresse aux fermes maraîchères verticales.  Outre les questionnements posés à travers cett (...)

[Lecture] Note de veille SYNAPSE sur la biomasse bois

Publié le 18 sept. 2019 - 11:31

En France, le Réseau SYNAPSE (Réseau national des acteurs de l’écologie industrielle et territoriale) vient de publier une nouvelle note de veille sur le thème de la biomasse bois.À travers ses notes de veille, le Réseau SYNAPSE propo (...)


  • Publié le 27 nov. 2019 - 10:06 GMT
    par Sébastien Haye|Genie.ch
    Vue 147 fois
 Energie
 Déchet
 économie circulaire
  carburants alternatifs
  gestion des déchets
  changement climatique




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités