Transformer les déchets en carburant: bonne ou mauvaise idée?

Aujourd'hui, il est possible de fabriquer des carburants de synthèse à partir d'à peu près n'importe quelle matière première, qu'elle soit d'origine fossile ou biogénique. Outre la biomasse (déjà largement convertie en énergie et carburants), nos déchets ménagers, industriels ou les effluents gazeux d'industrie (ciment, acier) peuvent également servir à produire des carburants liquides pour le transport et remplacer les carburants issus du pétrole.

A priori une bonne idée, sauf qu'il est important de s'intéresser aux autres usages possibles de ces déchets et à l'impact qu'une diversion d'un usage vers un autre pourrait avoir à l'échelle systémique. Par exemple, si l'on retire des déchets des incinérateurs, il est probable qu'on observe un déficit dans la production électrique ou de chaleur car bon nombre d'entre eux récupèrent la chaleur de l'incinération pour en produire. Et si ce déficit est compensé par de l'électricité/chaleur d'origine fossile, les bénéfices climatiques des carburants synthétiques issus de déchets peuvent être limités, voire inexistants.

Dans une étude récente la filiale anglaise de l'entreprise lausannoise E4tech évalue les bénéfices en terme de gaz à effet de serre de plusieurs filières de production de carburants issus de déchets, notamment les fractions non-biogéniques des déchets municipaux et industriels, ainsi que les effluents gazeux des aciéries. Le modèle intègre les scénarios alternatifs de fin de vie afin d'avoir une vue d'ensemble des bénéfices et désavantages de chaque filière. Les résultats montrent que si certaines d'entre elles présentent un réel potentiel de réduction des gaz à effet de serre, ce n'est pas le cas pour toutes. Ainsi, on apprend que l'utilisation des déchets à base de caoutchouc synthétique (pneus notamment) pour la production de carburants liquides aboutirait potentiellement à un bilan CO2 moins bon que des carburants fossiles de référence, car ces déchets sont très fréquemment utilisés pour la production de chaleur (notamment dans les cimenteries) et avec un meilleur rendement énergétique. A l'inverse, l'utilisation des effluents gazeux (riches en monoxyde de carbone notamment) pour la production de carburant offre des perspectives intéressantes en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Accès au rapport (gratuit): http://www.e4tech.com/wp-content/uploads/2019/08/Final-report.pdf

Plus de détails sur www.e4tech.com


 Energie
 Déchet
 économie circulaire
  carburants alternatifs
  gestion des déchets
  changement climatique

Modérateur

  • Webmaster

    Membre du comité d'animation GENIE.ch

    Suivre
  • Dernière modération le 27/11/2019 - 10:13

    Auteur de la page

  • Sébastien Haye

    Managing Consultant

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Energie
     Déchet
     économie circulaire
      carburants alternatifs
      gestion des déchets
      changement climatique