Vu ailleurs : Au Technopôle de Sainte-Croix, l’impression 3D moule le futur

  • par Rédaction
  • /
  • 2020-02-14 19:25:50
  • /
  • Genie.ch
  • /
  • 137

Nouvelle technologie Dans l’atelier-labo d’Addipole, la nouvelle révolution industrielle éclot : la création additive de pièces de vélos ou de chirurgie.

Il y a cinq ans, à l’EPFL, en observant l’imprimante 3D d’une start-up reproduire des gadgets en plastique, couche après couche, avec lenteur et beaucoup de ratés, on s’amusait de cette nouvelle technologie qu’on imaginait réservée aux générations futures. Aujourd’hui, dans le laboratoire Addipole du Technopôle de Sainte-Croix, on est déjà passé au stade des applications industrielles de la fabrication additive - le terme utilisé par les professionnels de l’impression tridimensionnelle - et on découvre des prototypes de pièces très au point, en matières plastiques et métalliques, parfois même les deux! Extrêmement résistantes et légères, elles sont destinées à l’aéronautique, la mécanique, l'industrie médicale (dispositifs et orthèses), horlogerie d’art, bijoux, jouets ou création artistique. Il n’y a pas de limites.

Dans le Technopôle, situé non loin des anciennes usines de mécanique de précision qui ont fait la gloire de Sainte-Croix, les entreprises qui planchent sur leurs applications en impression 3D ont accès à des équipements de pointe: des appareils scanners à haute résolution pour l’acquisition des paramètres et des volumes de la pièce modèle, ainsi que des machines de fabrication additive métallique et polymère de différents procédés. Issue de la Haute École d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD et du Centre Professionnel du Nord Vaudois (CPNV) à Yverdon, ainsi que de l’Ecole Technique de la vallée de Joux, Addipole, qui existe depuis un peu plus de deux ans, fournit les technologies et les compétences qui permettent de réaliser des pièces et composants prêts à l’usage.

Savoir-faire

«Nous avons acquis beaucoup de savoir faire dans les équipements et les logiciels qui nous permettent de réaliser ces applications industrielles, en particulier les scanners utilisés pour la reconstruction de l’objet. Nous voulons mettre cette expertise au service des entreprises pour des prototypes fonctionnels», relève Sylvain Hugon, professeur à la HEIG-VD et responsable d’Addipole.

D’une précision digne des meilleures machines d’usinage traditionnelles, les pièces fabriquées par technologie additive sont désormais parfaitement aptes à fonctionner selon le professeur: «avec certains scanners, on peut chasser le micron et avec les imprimantes professionnelles dont nous disposons nous pouvons fournir des pièces mécaniques avec un haut niveau de résistance et des états de surface intéressants».

Dans l’atelier-laboratoire de Sainte-Croix, une imprimante 3D a ainsi produit une potence de vélo haute performance en titane issue d’un projet étudiant. La HEIG-VD est partenaire du CERN au travers d’Addipole avec qui ils travaillent sur des applications de recherche dans la physique des particules avec des composants multimatières, associant différents polymères imprimés en même temps. Le centre de recherche genevois pense en faire usage d’ici 2030. Dans le monde de l’horlogerie, on s’intéresse à l’impression de polymères avec des métaux, par exemple pour des boîtiers de montre, notamment dans un but d’innovation esthétique. La machine 3D est déjà en mesure de répliquer une aiguille en or réalisée à la main.

Afin de se représenter ce qu’est ce nouveau mode de production, rappelons qu’il y a trois techniques de fabrication traditionnelle: la soustraction de matière (découpe, forage, etc.), la déformation (pliage, moulage) et l’assemblage. La fabrication additive consiste à ajouter la matière, couche après couche, sans s’arrêter jusqu’à donner sa forme et son volume à une pièce ou un objet. Il existe différents procédés de machine à imprimer en 3D: poudre plastique ou métallique chauffée par un corps de chauffe ou laser, résine ou fil fondu, fusion par faisceau laser, etc.

Instrument de chirurgie

Actuellement deux entreprises sont locataires du premier bâtiment du Technopôle, propriété de la commune de Sainte-Croix, qui abrite également un centre de microsoudage et techniques dérivées certifié par l’Agence spatiale européenne comme centre de formation. A côté de la nouvelle manufacture de boîtes à musique Reuge, deux autres bâtiments pourraient voir le jour selon la demande. La société IKRtech, qui fabrique de petits moteurs et solutions électromécaniques destinées notamment à l’automobile, l’industrie ou la robotique est locataire tout comme Process Implants International.

Retrouver la suite de l'article publié par 24 heures le 03.02 ici

Image numérique. Futura sciences. 14 février 2020

 


 Fabrication additive
 Impression 3D
 Recherche et Développement
 nouvelle technologie
  prototypes

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Fabrication additive
     Impression 3D
     Recherche et Développement
     nouvelle technologie
      prototypes