[Entretien avec Delphine Louillet] Le DÉFI’23 de la FTI récompense un projet et deux réalisations

[Entretien avec Delphine Louillet] Le DÉFI’23 de la FTI récompense un projet et deux réalisations

Les entreprises lauréates du DÉFI’23 ont été dévoilés jeudi 5 octobre, dans le cadre de la rencontre annuelle de la FTI qui a réuni les acteurs de l’écosystème industriel et artisanal genevois dans les locaux du bâtiment SPARK, au cœur de la ZIPLO. Ont été récompensés, les panneaux photovoltaïques innovants de Lightswing Solar, le réseau photovoltaïque mutualisé de Serbeco et Maulini ainsi que le béton de terre sans ciment expérimenté par Marti Constructions avec la start-up Oxara.

Il y a une année, la FTI lançait le DÉFI’23, un défi aux entreprises, artisans et start-ups du secteur secondaire, afin de contribuer au développement durable de l’activité industrielle. Concrètement, cet appel les invitait à soumettre un projet ou une réalisation participant à l’optimisation de la performance énergétique de l’industrie, thème choisi pour cette première édition.

Onze dossiers (6 projets, 5 réalisations) ont été soumis au jury du concours qui, sous la présidence de Delphine Louillet (FTI) a réuni Nathalie Hardin (CCIG), Sylvie Hoecht (BCGE), Prof. Martin K. Patel (UNIGE) et Alberto Susini (OCEN). Au terme de leurs délibérations, ils ont choisi d’en récompenser trois.

  • Dans la catégorie Projets, c’est la jeune entreprise Lightswing Solar Sàrl qui est récompensée pour son concept novateur de panneaux photovoltaïques verticaux et bifaciaux. Ils offrent des opportunités d’implantation inédites avec une technologie abordable et des installations très légères ne nécessitant que peu d’entretien.
  • Dans la catégorie Réalisations, les entreprises Serbeco et Maulini remportent le premier prix pour la mise en œuvre d’un réseau photovoltaïque mutualisé au coeur de la ZIBAY (immeuble Satimau).
  • Au deuxième rang figure Marti Construction pour son prototype de terre coulée (un béton de terre sans ciment) avec la collaboration de la start-up Oxara. Appliqué à la construction, il permet de réu­ti­li­ser des boues de lavages et des ter­res d’exca­va­tion en lieu et place du béton con­ven­tion­nel.

À suivre : ces projets et réalisations feront prochainement l’objet de reportages sur GENIE.CH.

 

Rencontre avec Delphine Louillet, présidente du jury et Référente écoParcs de la FTI

Quel bilan tirez-vous de cette première édition du DÉFI ?

C’est un succès dans la mesure où nous avons reçu des dossiers de qualité, qui reflètent la grande diversité des entreprises genevoises, de la start-up à la société d’envergure en passant par la PME. Ils illustrent également la créativité et le dynamisme du tissu industriel en matière d’innovation et de solutions durables.

 

Quelle est la raison d’être de ce challenge ? Engager toujours plus d’entreprises genevoises dans la recherche de solutions durables ?

Absolument. Aujourd’hui, la plupart des organisations se préoccupent des questions liées à la durabilité de leurs activités, mais des impératifs financiers peuvent rendre les adaptations difficiles. Si vous considérez les opportunités offertes par la mutualisation, les boucles d’économie circulaires ou les innovations développées par des entreprises locales, beaucoup de ses obstacles peuvent tomber. Le DÉFI cherche justement à engager l’intelligence collective sur ce sujet et accélérer la transition des zones industrielles en écoParcs dans laquelle la FTI est active.

Peut-on déjà parler du DÉFI’24 ?

Il aura lieu ! Nous en dévoilerons le thème très prochainement…

 

Pour retrouver les contours et caractéristiques du DEFI’23

Communiqué de presse du 6 octobre 2023

 

Partager :
773
Auteur de la page

Sébastien Bourqui

Genie.ch